background image
agrandir le texte réduire le texte imprimer la page

Le Tour au Chemin des Dames en images

Le Chemin des Dames a marqué de son emprunte la 6ème étape du Tour de France 2014, dans le cadre des commémorations du centenaire de la Première Guerre mondiale. Le bleuet a été porté le 10 juillet par les équipiers du Tour de France, le vainqueur de l’étape ainsi que les porteurs du maillot jaune, blanc, vert comme celui du meilleur grimpeur.

Les milliers de bleuets semés le long du Chemin des Dames ont accompagné des coureurs dès le matin, puisqu’à 11h20, un peloton de cyclistes amateurs arborant des maillots aux couleurs des "Bleuets du Chemin des Dames" est arrivé à Cerny-en-Laonnois après son départ à 6h00 d’Arras, devançant ainsi la grande boucle. Un hommage aux cyclistes tombés durant la Première Guerre mondiale a été rendu par eux et plusieurs conseillers généraux à la chapelle-mémorial de Cerny-en-Lannois.

Malgré le temps maussade, le Chemin des Dames reçut de nombreux visiteurs, dont le Président de la République, François Hollande. Le Président est venu se recueillir dans le cimetière français de Cerny-en-Laonnois où reposent plus de 5.000 soldats français. Il s’est rendu ensuite à la Caverne du Dragon-Musée du Chemin des Dames, lieu symbolique de la guerre souterraine que menèrent les soldats français et allemands près des tranchées de première ligne. A l’issue de sa visite, il est venu discuter avec les spectateurs et les enfants du centre de loisirs de la communauté de communes du Chemin des Dames, avant de pendre place dans la voiture du directeur du Tour de France.

Un pèlerinage aussi pour le chef de l’Etat qui a parlé de son grand-père Gustave Hollande, qui était venu à trois reprises se battre au Chemin des Dames au sein du 33ème régiment d’infanterie, dans lequel un certain Charles de Gaulle était officier.

C’est la première fois qu’un Président de la République en exercice se rend sur le Chemin des Dames, qui reçut une visite-éclair du général de Gaulle en 1951 puis du Premier ministre Lionel Jospin en 1998.

© 2018 - création Alphamosa